La révolution de l’attention : Entre yoga et bouddhisme

Dans les Upanishads, on dit que l’inattention est pire que la mort, et le Bouddha explique que l’attention est utile en toutes choses, qu’elle est le véritable héritage de nos pères. Quand l’attention est là, toutes les méditations marchent, et si elle n’est pas là, aucune ne fonctionnera. Quels sont ses différents niveaux, et comment la développer ? Jacques Vigne se fondera sur un livre qu’il a aidé à traduire La révolution de l’attention de B. Alan Wallace, un auteur avec lequel il a travaillé lors d’un séminaire d’une semaine à Dharamshala (Parution au printemps 2022 aux Editions Le Relié). Il évoquera ekagrata, pratyahara, dharana, dhyana et samadhi dans le yoga, la tradition du zen qui insiste beaucoup sur l’attention et l’œuvre théorique et la pratique de Jean-Philippe Lachaux, le plus grand neuroscientifique français à avoir étudié cette qualité. Pour enrichir le stage par des éléments de mystique comparée, Jacques commentera aussi le petit livre de la philosophe Simone Weil sur  l’attention.

 

Horaires : 

7h15-8h travail corporel

8h-9h méditation

9h Petit déjeuner

11h12h30 méditation et échanges

12h30 : déjeuner

16h-18h Méditation suivie d’échanges

18h30 dîner 

20h30_21h15 méditation, qui sera en silence complet de 20h45 à 21h, selon la tradition des ashrams de Mâ Anandamayi.

 

Le groupe sera en silence en dehors des périodes d’échanges à la fin des sessions et, pour ceux qui le veulent, la pause thé de 15h30 à 16h. La marche dans la nature pendant les pauses sera une belle occasion de se plonger dans la vision des paysages magnifiques qui se déploient en contrebas de Peresq, d’où la vue s’étend jusqu’à 100km.

Menu